Il existe plusieurs solutions d’isolation thermique des toitures-terrasses en bois. Lorsqu’une partie de l’isolation est positionnée sous l’élément porteur, elles peuvent engendrer des condensations si certaines précautions ne sont pas prises. Elles sont définies dans différents référentiels.

Le NF DTU 43.4 « Toitures en éléments porteurs en bois et panneaux dérivés du bois avec revêtement d’étanchéité » considère deux types d’ouvrages : les toitures dites chaudes (composées de l’élément porteur, d’un pare-vapeur, d’un isolant et du complexe d’étanchéité) et les toitures froides ventilées avec l’étanchéité en surface de l’élément porteur et, en sous-face, une lame d’air ventilée vers l’extérieur et une isolation thermique.

Ces typologies de toitures sont reprises dans les Règles professionnelles (RP) n°4 de la Chambre syndicale française de l’étanchéité (CSFE), « pour la conception de l’isolation thermique des toituresterrasses et toitures inclinées avec étanchéité ». Elles rappellent les préconisations du NF DTU 43.4. Concernant les toitures chaudes, « l’isolation thermique est mise en oeuvre au-dessus de l’élément porteur avec interposition d’un pare-vapeur. Tous les matériaux situés en sous-face doivent être perméables à la vapeur d’eau afin de permettre les échanges hygrométriques entre le bois et l’ambiance intérieure &ra… ">