Les exigences croissantes en matière de performance énergétique ont entraîné une augmentation généralisée des épaisseurs d’isolant ainsi que la suppression d’un maximum de ponts thermiques. Afin d’encadrer les pratiques, la CSFE a lancé la rédaction de nouvelles Recommandations professionnelles qui paraîtront dans quelques semaines.

A côtés de l’étanchéité à l’air, le deuxième grand sujet lié à la performance énergétique des bâtiments en acier est évidemment l’isolation thermique de l’enveloppe. « Les fortes voire très fortes épaisseurs d’isolant sont aujourd’hui monnaie courante en toiture-terrasse », souligne Christophe Saby, de la direction technique de la société Smac. Une évolution qui a modifié quelque peu les pratiques avec, en premier lieu, le dimensionnement des charpentes en raison de l’augmentation du poids des isolants et donc des descentes de charge. « Si ces calculs sont bien connus des professionnels, il n’en reste pas moins que ce renforcement des structures augmente les coûts des ouvrages. D’autant plus qu’il faut, en outre intensifier à la fois les opérations de manutention et le nombre de fixations », rappelle le responsable technique, qui ajoute : « Pour alléger les procédés, il est désormais courant d’avoir recours à des isolants légers comme le polyisocyanurate (… ">