L’immeuble Osmose propose à ses occupants de nombreuses terrasses accessibles permettant de bénéficier de l’extérieur au bureau. Aménageables, elles sont également équipées pour la plupart de végétalisation, jardinières et même potager.

Arcueil accueille depuis quelques mois un nouveau bâtiment de bureaux baptisé Osmose. D’une surface totale de 16 200 m², il est composé de deux entités de taille similaire en béton. Chacune s’élève à R+7 et offre aux occupants plusieurs espaces extérieurs en toiture-terrasse. « Ils constituent autant de prolongements des bureaux. Ils deviennent aujourd’hui de plus en plus incontournables, particulièrement dans les zones très urbaines c’est le cas pour Osmose », explique Adrien Maurand, architecte pour l’agence Arte Charpentier Architectes et chargé de projet.

En R+6 notamment, les deux terrasses (une pour chaque entité) sont ouvertes aux occupants. De plain-pied, on y accède directement par des portes-fenêtres. « Pour cela, la dalle a été décaissée pour permettre le respect des hauteurs de relevés d’étanchéité. Cette solution nous a permis d’éviter la mise en place de marches ou de rampe à destination des personnes à mobilité réduite. » La pose du complexe d’étanchéité a été réalisée par Soprema Entreprises. « Elle est composée d’un pare-vapeur, d’une épaisseur de 100 mm d’isolant en polyuréthane et d’un complexe d’étanchéité bicouche bitumineux avec traitement anti-racine de la deuxième couche », précise Olivier Martin, chef de groupe pour l’entreprise d’étanchéité. Sur 400 m², 45 cm de terre ont été rapportés permettant l’installation d’un jardin ainsi que d’un potager sur les toitures. L’accessibilité au public est matérialisée par une protection en dalles sur plots en céramique (60 X 60 cm) ou en béton (50 X 50 cm).

À tous les étages

Le même procédé a été mis en œuvre au R+2 sur une grande terrasse accessible équipée de jardinières et protégée par des dalles sur plots en céramique ainsi que sur la majeure partie de la terrasse technique en R+7. «1 260 m² ont été végétalisés avec 8 cm d’épaisseur de substrat et un tapis de sedum. » Sur la partie purement inaccessible, pas d’étanchéité anti-racine mais un procédé bicouche classique. L’isolant est également plus épais (160 mm de polyuréthane) pour permettre de rattraper le niveau de la végétalisation et l’ensemble est recouvert d’une protection lourde en gravillons.

Les intervenants

Maître d’ouvrage : Ideve

Maître d’œuvre : Arte Charpentier Architectes

Entreprise d’étanchéité : Soprema Entreprises

Les produits

Membranes d’étanchéité : Elastophène Flam 25 + Sopralène Flam jardin

Procédé de végétalisation : Toundra (Sopranature)

">